Un exemple de renforcement… paradoxal

Ce que j’appelle « renforcement paradoxal » est une méthode de renforcement intérieur d’une idée, ou d’un projet, dans le but de « l’affaiblir »; éventuellement de m’en débarrasser.

Un exemple simple (enfin, simple de mon point de vue; c’est vraiment un type de cas basique):

Vers l’heure du déjeuner je me dis: « Cet après-midi il faudrait me mettre à tel travail (peu importe lequel ici); et je suis un rien tendu (idem, peu importe la raison), alors qu’il n’y a pas de raison objective (en la circonstance: j’ai encore 15 jours de délai!).
Pour atteindre une sorte de liberté par rapport à ce « il faudrait » et à ma tension, j’insiste intérieurement; je renforce l’idée (« il faut »), par une sorte de poussée intérieure ayant le but de me persuader moi-même. Et puis je bascule: j’insiste sur le fait que cela peut attendre, et j’insiste idem sur cette idée inverse (je la renforce intérieurement).
Et je continue cette alternance, ces allers et retours, cette « itération », jusqu’à ce que j’atteigne l’indifférence.
L’idée du travail à faire dans les 15 jours est toujours présente, mais sans tension, sans obligation. Comme une possibilité.

Cela revient à monter au niveau « au dessus », où je « regarde » mes divers désirs et sentiments, et où je les fais jouer, se confronter, s’harmoniser.
Je trouve la paix.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s